Phantom 4 RTK sur les traces du phantom 5

0
16

Le phantom 4 est rapidement devenu l’égérie de DJI, qui a préféré consolider et diversifier son offre plutôt que de multiplier les nouvelles versions.

Le Phantom 4 Pro v2 est au Phantom 4 Pro, ce que le Mavic Pro est au Pro Platinum. Nouvelles hélices plus aérodynamiques et nouveaux ESC FOC qui transmettent un courant sinusoïdal aux moteurs, et émettent sans surprise beaucoup moins de bruits au vol.

En revanche, il était bien plus inattendu de voir sortir un Phantom 4 RTK. L’absence du “Pro” ne vous aura peut-être pas échappé, mais en fin de compte, ce dernier à tout d’un appareil destiné aux professionnels. Ce qui semble d’autant plus contradictoire, car aucun des modèles réellement professionnels n’affichent cette appellation spécifique. (Inspire 2, Matrice 200, 600). Comme quoi “Pro” est devenu un argument commercial grand publique qui a perdu son sens au cours des années.

Nouvelle stratégie à long terme de DJI

On sait vraiment plus trop quoi penser tellement DJI nous surprend avec ses choix stratégique.

Plutôt de suivre un schéma tout tracé et ultra-prévisible, DJI semble vouloir tirer encore un peu sur la corde, à la manière du Mavic Pro 2 dont la sortie avait été retardée. Plus les années passent et plus les exigences du consommateur sont relevées, on peut aisemment comprendre les raisons qui motivent DJI à calmer le jeu.

Nous parlions dans un précédent article de l’intérêt pour DJI aujourd’hui de pérenniser son offre et de stabiliser ses prix pour ne pas effrayer ses clients et leur apporter des solutions plus spécialisées ; le Phantom 4 RTK est l’exemple le plus significatif de ce changement de casquette.

Le phantom 4 RTK : qu’a-t-il de plus ?

RTK est un acronyme déjà connu dans la gamme DJI mais méconnu du grand public. En effet, il concerne surtout les modèles haut de gamme destinés aux professionnels de l’inspection.

D’apparence, on constate d’entrée cette protubérance sur le dessus du Phantom 4 Pro qui provient de l’ajout d’un module GPS RTK. La radiocommande est équipée comme sur la version plus du phantom 4, d’un écran 5.5 pouces ultra-lumineux.

Si DJI a décidé d’intégrer cette fonctionnalité au Phantom 4 pro, c’est certainement car les Matrice 200 et 600 sont bien trop volumineux pour opérer dans des espaces fermés ou très serrés. Et c’est bien dans ce genre de situation que se montre utile le RTK.

Qu’est-ce que le RTK ?

Cinématique temps réel (Real Time Kinematic en anglais)

Il s’agit d’un positionnement par satellite ultra-précis qui a recours à un système de balises au sol.

Il peut non seulement assurer la position du drone au centimètre près, mais surtout le faire dans des environnements où il est compliqué de voler. On sait que les drones subissent des interférences à proximité de masses métalliques, qui peuvent entraîner une modification imprévue des compas. Donc, le RTK est résistant aux champs magnétiques.

Conclusion

En fait, le Phantom 4 RTK n’a rien de nouveau si l’on se penche du côté caméra et performances. Autrement dit, son succès est loin d’être assuré, au regard des éléments affichés et principalement de son prix démentiel de 5700 euros sans la balise D-RTK 2. Les professionnels préféreront probablement le Matrice 210 RTK, qui est plus polyvalent grâce à ses multiples configurations de caméras possibles (X5S, Z30, XT).

Tout compte fait, le P4 RTK se montrera particulièrement utile en intérieur ou sur des zones très étroites, là où un Matrice 200 aurait bien du mal à voler. De plus, le RTK est devenu une référence dans la photogrammétrie, où il est permet de rationaliser le processus de prises de vues en exploitant justement la précision des images.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here