Osmo Pocket vs Gopro Hero 7

0
13

La sortie de l’Osmo Pocket n’avait rien d’étonnante. Rappelez-vous de cette étrange petite poignée située à côté du Mavic 2 lorsque des images de ce dernier avaient fuité. La Hero 7 Black quant à elle continue sur sa lancée, sans grande innovation mais une stabilisation électronique améliorée.

Deux actions cameras incomparables

Premier constat, ces deux caméras n’ont vraiment pas le même rôle.

Alors que Gopro n’a jamais vraiment changé de segment avec sa gamme Hero, à l’image de son format intemporel, DJI introduit un produit nouveau dont l’usage dans la pratique, ne remplacera pas une Gopro.

Puisque en effet, l’Osmo Pocket n’a rien d’une action cam. Bien qu’ayant une stabilisation mécanique 3 axes déjà présente sur ses drones, l’Osmo n’est ni étanche, ni aussi résistante qu’une action cam traditionnelle. Mais à quoi peut-elle donc bien servir ?

En réalité, l’Osmo est une longue histoire chez DJI, une histoire de poignée modulable pouvant accueillir et stabiliser n’importe quelle caméra et rendant la vie plus simple aux cinéastes amateurs. De la caméra de votre drone DJI Inspire, à celle de votre smartphone avec l’Osmo Mobile, DJI a fondé toute sa réputation sur la qualité de stabilisation.

Là où DJI prend le dessus sur Gopro, c’est qu’il s’empare d’un marché changeant, et saisit que le consommateur d’action caméra n’est pas toujours un casse-cou ou pratiquant de l’extrême. Au contraire, ces personnes privilégient souvent la stabilisation et l’image à la durabilité du produit.

Stabilisation numérique vs stabilisation mécanique

Le deux caméras de notre test ont deux approches radicalement différentes du point de vue de leur stabilisation. La GoPro hero s’améliore d’année en année, mais ne parviendra jamais vraiment à franchir le pas, car la stabilisation numérique se fait souvent au détriment de la qualité d’image, sur laquelle le logiciel va manger pour compenser saccades et autres mouvement involontaires.

A la différence de la Gopro Hero 7, l’Osmo Pocket se rapproche plus d’un setup de cinéma, avec ses limites certes, mais à un prix défiant toute concurrence. On a souvent vu des amateurs se saisir de leur drone à la main pour profiter de leur bonne stabilisation et capturer quelques plans au sol. Avec l’Osmo, ce temps est désormais révolu.

Spécificités et caractéristiques uniques

GoPro Hero 7 Black

Étanchéité : la GoPro est étanche à 10 mètres sans caisson contrairement à l’osmo qui en a besoin.

Contrôle vocal et gestuel : permet de prendre des photos ou vidéo sans avoir l’appareil dans les mains.

Débit : 78 mb/s

Osmo Pocket

Tracking : le stabilisateur utilisé et le logiciel DJI permettent comme sur les drones de suivre un objet en mouvement de manière fluide.

Panoramiques et time-lapse : réalise des panoramiques time-lapses complexes, d’ordinaires réservés à un matériel professionnel très coûteux.

Connectivité spéciale : l’Osmo se branche à un smartphone pour profiter d’un écran plus grand, là où la GoPro se limite à une connexion Wifi très gourmande en énergie.

Qualité d’image, optique

Osmo Pocket : 4k 60fps ; 1080p 120 fps ; Débit : 100 mb/s

GoPro Hero 7 : 4k 60fps ; 2.7k 120 fps ;
Débit : 78 mb/s

Deux écoles radicalement différentes encore une fois, la Hero 7 garde son style atypique bombé (à la limite fisheye) et un angle de vue très large pour ne rater aucun détail de vos scènes quotidiennes.

Les deux caméras proposent des caractéristiques sensiblement équivalentes. Le même capteur de 12mp 1/2.3″, désormais référence sur les appareils mobiles, est présent aussi bien sur la Gopro 7 que l’Osmo Pocket. A noter que le débit d’écriture semble légèrement supérieur chez DJI, jusqu’à 100 mb/s contre 78mb/s.

L’Osmo Pocket n’a pas la même prétention et cible avant tout les vidéastes, qui souhaiteraient comme nous venons de le voir, compléter leur matériel aérien avec une solution terrestre proche en qualité d’image. Du coup, quoi de mieux que d’intégrer la même caméra qu’un drone. En fin de compte, c’est à peu de chose près le cas, puisque la Osmo Pocket dispose d’une caméra très similaire à celle de la gamme Mavic Air ou Pro avec son capteur 1/2.3″.

Quoi qu’il en soit, ces deux caméras n’ont rien d’extraordinaire. La qualité d’image n’a pas de quoi mettre à mal un appareil photo ou un smartphone récent.

Autonomie et portabilité

S’il y avait bien un défaut à reprocher aux caméras d’actions, autre que leur qualité d’image, il s’agirait sans aucun doute de leur autonomie.

En même temps, il est difficile d’en demander autant d’un appareil qui se veut portable ; d’ailleurs le design de l’Osmo pocket a été spécifiquement étudié pour rentrer dans un poche, à la différence de la GoPro moins pratique bien que disposant d’un volume aussi important.

Parlons chiffres, la GoPro n’est jamais réellement parvenu à dépasser la barre symbolique des 1h en action, et ce malgré une amélioration de la gestion énergétique.

L’Osmo Pocket fait légèrement mieux sur ce point, avec une autonomie annoncée à 2h mais plus proche des 1h30 s’il on est réaliste. Mais, son gros point noir vient du fait que sa batterie n’est pas amovible contrairement à la GoPro, qui dispose donc d’une durée de vie étendue. Comme pour ses drone, l’obsolescence est donc logiquement annoncée pour l’Osmo Pocket.

Conclusion : quelle action cam acheter en 2019 ?

Pour finir, l’Osmo Pocket n’a pas pour objectif de remplacer une action caméra, ou du moins la raison pour laquelle elle a été crée. Dans le cas où vous cherchiez une caméra autonome pour réaliser des petits films rythmés et fluides avec un budget réduit, à la manière cinématographique, il n’y a aucun doute, l’Osmo Pocket se montrera bien plus utile qu’une GoPro.

Autrement, si vous recherchez une caméra passe-partout et résistante, sans vous soucier des aspects techniques, la GoPro Hero 7 est probablement le choix de la raison. Elle vous procurera des images stabilisées pendant plusieurs années, sur terre ou dans l’eau.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here