Le Yuneec Mantis Q : un drone qui pue du Q

0
169

Nous apprenons avec stupéfaction la sortie du Mantis Q, un nouveau drone au catalogue de Yuneec, le constructeur chinois aux multiples casquettes. Lui qui semble vivre aux crochets de DJI, la réactivité et l’effet de surprise n’est vraiment pas le fort de Yuneec.

Bientôt 2 ans après le Spark, qui au demeurant, aurait disparu de la circulation, Yuneec décide enfin de se lancer dans une production sérieuse de petits drones.

Après son skateboard E-go, Yuneec, qui à l’instar de son nom, a tout d’une entreprise ordinaire, si ce n’est sa singulière façon de nous niquer, se livre à nouveau au service d’une cause juste : le drone caméra pas cher.

Bref, le Mantis Q est une copie plus ou moins ratée du Spark, et bien inspirée du dernier succès de DJI. Il s’agit bien évidemment du Mavic Air.

Pour 500 euros, Yuneec replace en réalité une base électronique de Breeze 4k, bien camouflée sous un design plastique approximativement soigné. Mais l’habit ne fait pas le moine, nous ne jugerons pas le Mantis Q à son apparence, qui jouerait probablement en sa défaveur.

Qu’en est-il de ses performances ?

petit drone compact

“Tiens chéri, j’ai trouvé ce drone dans la poubelle.”

“Tu te doutes bien que ce n’est pas un DJI. Cela dit, rien n’est aussi puissant que la littérature de Nietzsche pour s’envoler”

Vidéo

Le Mantis Q hérite du même capteur 1/3.06 pouces que le Yuneec Breeze 4k, qui n’était vraiment pas extraordinaire. La définition 4k n’excède pas les 30 fps.

Pour l’instant, nous n’avons pas pu avoir accès à des extraits filmés avec le Mantis Q et devons nous limiter au teaser de Yuneec. Nous n’avons aucune preuve que les images filmées sont extraites de la caméra du Mantis Q.

La qualité optique devrait logiquement avoir été améliorée, faute de quoi le Mantis Q n’aurait vraiment aucun intérêt par rapport au Breeze 4k.

Voici une vidéo test publiée par nos amis de chez studiosport. Sans commentaire. Le Mantis Q pue du Q.

Quoi qu’il en soit, ne vous attendez pas à une image aussi propre et détaillée qu’un Anafi ou Mavic. A ce prix on ne peut pas tout avoir.

Stabilisation

En dépit d’une apparence laissant supposer la présence d’une nacelle mécanique comme sur le Mavic Air, le Mantis Q ne dispose en réalité que d’une vulgaire stabilisation numérique 3 axes. Pour couronner le tout, elle n’est pas opérationnelle en 4k. Seulement en 1080p. A quoi bon proposer de la 4k dans ce cas, si ces vidéos ne seront pas inexploitables.

Dans tout les cas, même la meilleure stabilisation numérique n’atteindra jamais le niveau d’une nacelle mécanique 2 ou 3 axes. Voilà pourquoi le Yuneec Mantis Q n’est pas une si bonne affaire.

Une stabilisation décevante

“Je t’avais pourtant dit de t’en débarrasser, qu’il retourne dans les abysses profondes, là où il ne pourra plus jamais nuire à qui que ce soit ! Laisse le partir maintenant, il n’en vaut pas la peine !”

“Jamais ! Plutôt crever ! Si il saute, je saute aussi, je te préviens…”

Autonomie

L’autonomie annoncée à 33 minutes devrait de façon réaliste et en condition réelles se rapprocher des 27 minutes. Une performance très étonnante pour un drone de cette catégorie et aussi léger. Il est cependant plus lourd que ces adversaires et atteint presque les 500 grammes.

Radiocommande

Cette radiocommande aux apparences de manette de Xbox One ne vous rappelle pas quelque chose ? En suivant un peu l’actualité, vous n’aurez pas raté la ressemblance frappante avec celle du Parrot Anafi. Comme quoi DJI n’est pas le seul à inspire ses concurrents.

A la différence de l’Anafi, le Mantis Q ne dispose que d’une portée réduite à 800 mètres, ce qui est déjà bien suffisant pour son utilisation. A titre personnel, je ne me risquerais même pas à l’envoyer à plus de 300 mètres étant donné donné l’absence de capteurs, la fonction return to home est alors des plus périlleuses.

Ergonomie et conception

Pas besoin d’avoir le Mantis Q en main pour comprendre que ça finition est bâclée. Les quelques images disponibles nous donnent une impression de plastique très imparfaite, malgré un design inspiré du Mavic Air supportable à l’oeil nu. Il faudra tester la résistance de ses bras pour être sûr que le Mantis Q est solide et qu’ils ne s’arrachent pas en vol.

drone et sa radiocommande

Fonctionnalités

Quitte à s’inspirer, autant aller jusqu’au bout de l’initiative. Le mantis Q reprend les modes de prise de vue classiques que l’on retrouve sur la quasi totalité des drones, tel que le tracking, point of interest ou encore le Return to home. Cependant, il ne faut vraiment pas espérer grand chose, avec une caméra stabilisée numériquement en 1080p seulement et le manque de capteurs, les images n’atteindront jamais le niveau d’un Spark, Anafi ou Mavic.

Autre nouveauté assez originale, qui fera en partie taire les critiques, puisque Yuneec propose une système unique de contrôle vocal pour activer ses modes de prises de vue et un décollage directement depuis votre main.

décolle de la main

“T’as vu ! Il n’est pas si méchant finalement ?”

“Ahah, attend un peu. Quand il aura dépassé les 800 mètres, je m’en serai enfin débarrassé !”

Conclusion du test

Je n’ai aucune dent contre Yuneec en particulier, quand bien même ce genre de drones a de quoi me frustrer. Sa gamme professionnelle est plutôt sérieuse et accessible à un grand nombre de télépilotes qui n’ont pas le budget pour investir chez DJI.

Le Mantis Q n’est qu’une reproduction plus compacte du Breeze 4k, équipé d’une plus grosse batterie, qui augmente logiquement son autonomie et sa vitesse. Yuneec démontre clairement qu’elle n’a pas les armes, ni le bagage pour rivaliser ou inquiéter ses rivaux.

A titre de comparaison, on pourrait s’offrir un DJI Spark avec un radiocommande pour le même prix. Il faudra s’acquitter de 599 euros pour obtenir l’équivalent de la version fly more du Mantis Q avec 3 batteries supplémentaires.

Quitte à devoir dépenser 500 euros, autant débourser 200 de plus pour un produit de qualité comme Anafi qui est stabilisé mécaniquement et dispose de caractéristiques largement supérieures.

Hormis son autonomie et sa vitesse, le Mantis Q n’a que très peu d’arguments qui jouent sa faveur. Je le déconseille donc à quiconque souhaiterait se lancer dans le drone.

[Total : 2    Moyenne : 3/5]
NOS NOTES ...
Autonomie
Vidéo/Photo
Stabilisation
Performances
Fonctionnalités
Article précédentQuels sont les meilleurs drones caméra en 2018 ?
Article suivantTop 9 drones de moins de 800 grammes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here