Comparatif des caméras thermiques pour drone

0
256

Le drone professionnel ne se limite pas à la prise de vidéos aériennes pour l’industrie cinématographique. En effet, l’audiovisuel et les médias ne représentent qu’une infime partie d’un marché professionnel qui ne cesse de s’étendre. En partie depuis que les drones sont capables de soulever des caméras thermiques. Leur utilisation s’est avérée fructueuse dans l’inspection de bâtiments et de leur déperdition thermique, là où aucun autre appareil ne peut se rendre avec autant de facilité. Même aussi dans le secourisme ou la sécurité : la caméra thermique vue du ciel peut en instant repérer un être humain à la chaleur dégagée par son corps.

En réalité, ce ne sont pas les uniquement les drones qui se sont améliorés, mais plutôt les fabricants de caméras thermique qui ont soulevé ce problème. DJI a même conclu un partenariat avec le numéro 1 du secteur : FLIR. Cela lui a permis entre autre de créer des caméras thermiques dans un format très réduit, avec une monture nacelle propriétaire.

Ainsi, les possesseurs d’un Matrice 210 peuvent se vanter d’avoir accès à une large gamme de caméra, mais surtout grâce à leur gabarit réduit, d’en embarquer 2 à la fois. Nombreux sont les professionnels à vouloir cumuler l’usage d’une caméra thermique à un zoom puissant, sans avoir besoin d’effectuer des changements fastidieux au sol. (Zenmuse Z30 et XT2)

Pourtant, la caméra thermique soulève des interrogations. Leurs prix sont disproportionnés par rapport à la qualité de fabrication et aux bénéfices que le télépilote en tire.

Ce que l’on peut faire avec une caméra thermique

  • Lutte incendie
  • Secteur de l’energie
  • Inspection de toitures
  • Agriculture
  • Fuite thermique
  • Secourisme
  • Stuctures et batiments
  • Sécurité

La marque et le modèle de drone

Avant même d’étudier les caractéristiques des caméras thermiques, demandez-vous si votre drone est vraiment fait pour cette utilisation ? Ou bien quel drone sera le plus adapté pour réaliser des prestations d’inspection thermique.

DJI – drones RDF (prêt à l’emploi)

Si les solutions ready to fly ont connu un franc succès, c’est qu’elles ne nécessitent aucune compétence technique et permettent de simplifier les process. Il n’y a qu’à connecter la caméra, la compatibilité et le fonctionnement sont assurés. En revanche, le prix à payer pour ce type de solution en devient presque dissuasif. Le coût de revient de l’appareil peut être deux fois plus élevé que de réaliser l’installation vous même sur une nacelle standard.

Chez DJI,  seul le Matrice 200, 210 et 210 RTK sont en principe capables d’accueillir des caméras thermiques de la marque. En fait, cela permet aussi à DJI d’obliger certains professionnels à devoir racheter un drone pour profiter de toutes les avancées technologiques dans différentes applications.

matrice 200 payload

Le Matrice 210 est un outil professionnel complet. Le système Payload SDK permet à n’importe quel fabricant de concevoir des modules pour ces drones.

Alors que l’Inspire 2 ne peut embarquer aucune caméra thermique, le Matrice 200 lui ne peut pas supporter la Zenmuse X7, destinée au domaine audiovisuel. Cette limitation purement électronique n’a rien d’étonnante, elle rapporte même beaucoup d’argent à DJI.

Les drones dits “customisables”

En marge des solutions prêtes à l’emploi, certains professionnels préfèrent garder la main sur les aspects techniques de leur machine. Les drones customisables, malgré une utilisation moins pratique à gérer, sont évolutifs, et ne dépendant pas d’un modèle de caméra en particulier. Le M600 de DJI est l’une des seules exceptions récentes, qui permette d’intégrer n’importe quelle caméra sur un produit DJI. Mais ses dimensions et son poids sont bien moins avantageux que sur un Matrice 200, qui reste relativement simple à transporter et mettre en état de marche.

Parrot, la solution 100% française

Après un succès mitigé de ses drones destiné au grand public, Parrot entamme une reconversion de ces modèles vers des applications professionnels. Le multirotor Bebop ou l’aile volante Disco peuvent accueillir des capteurs thermiques ou multispectraux.

Pour vous donner un ordre d’idée, le Parrot Bebop Pro Thermal homologué S1-S2-S3 coûte seulement 1800 euros. Pourtant ses performances ne sont pas à la hauteur. Sa définition à la limite du ridicule, la FLIR One ne fait de 160X120 et n’est pas d’une grande précision.

Yuneec, un constructeur alternatif et moins cher

Yuneec, un autre concurrent chinois, a décidé de s’attaquer au marché du drone professionnel avec des tarifs agressifs. Mais que valent ces drones et leur caméra thermique face à la concurrence ?

Le H520 est équipé d’un système de montage à chaud. Autrement dit, on peut effectuer le changement de caméra sans devoir éteindre le drone. Il peut accueil 3 caméras, chacune destinée à des utilisations précises. La CGO-ET est un modèle particulier qui sert à la fois pour la prise de vue thermique et standard, épaulée par un double capteur et une nacelle 3 axes avec une rotation à 360° en continu. Elle ne coûte que 2000 euros, soit 3 ou 4 fois moins qu’une entrée de gamme chez DJI. Ajouté au prix d’un H520 homologué S1/S2/S3, on s’en sort pour un total de 4100 euros. Un tarif assez intéressant quand sait qu’un Matrice 200 seul vaut plus de 6000 euros.

Equiper un drone comme le Mavic pro d’une caméra thermique

Beaucoup moins courant mais pas impossible, des professionnels souhaitant à tout prix garder leur Mavic Pro ou Phantom 4 pro, s’orientent vers des solutions assez loufoques. Il est tout à fait possible d’intégrer une FLIR Boson par exemple sur un Mavic, à condition d’avoir un support, un émetteur, ainsi qu’un récepteur vidéo séparé. L’avantage réside dans le fait que le Mavic Pro est suffisamment petit pour se glisser là où un Matrice 200 ne pourrait pas.

mavic pro camera thermique

Cependant, ce type de solution n’offre qu’une ergonomie très pauvre contrairement aux solutions prête à voler. De plus, le prix de revient n’est pas spécialement intéressant.

Les caractéristiques des caméras thermiques

Il est très difficile de saisir les raisons qui font les différences de prix entre les caméras thermique. Les constructeurs ne sont pas toujours très transparents, surtout quand les caractéristiques de la caméra ne jouent pas en leur faveur.

Définition du capteur

C’est la première chose que vous devez regarder. Quelle est la définition du capteur ? Comme pour les caméras standards, une définition 1080p n’offrira pas autant de détail qu’en 4k. En thermographie, nous n’avons pas besoin d’autant de détail puisque le rendu et la qualité de l’image importent peu. Mais la définition va jouer un rôle important dans le sens où on pourra effectuer des zooms numérique sur une image de plus grande définition et par conséquent se tenir plus loin des objets filmés.

Le soucis, c’est que certains constructeurs comme Yuneec ne parlent pas de cette caractéristique. Probablement parce que cela ne joue pas en sa faveur.

Précision des températures

Certains fabriquants ne se vantent pas des toujours des caractéristiques de leurs caméras comme nous venons de le voir. Jusqu’à en ommettre des les mentionner dans leur fiche technique. Or la précision des températures est indispensable pour le télépilote de drone ; principalement impliqués dans des applications qui requièrent de connaitre la température au degrés près.

DJI, comme par hasard n’en parle nul part sur son site. Ses pauvres performances rendent la XT2, au même titre que la FLIR DUO PRO R impraticables dans certains car précis.

WIRIS 2nd Gen

± 2% ou ± 2°C  0°C à +550°C

FLIR DUO PRO R

+/- 5 °C ou 5 % de -25 °C à +135 °C
+/- 20 °C ou 20 % de -40 °C à +550 °C

La plage de température

Ensuite vient la plage de température. Selon la météo et la zone géographique où vous comptez travailler, toutes les caméras ne seront pas compatibles.

Certaines caméras comme les FLIR de DJI offrent une très bonne plage d’utilisation allant en général de -40 à +550°. A la différence de Wiris ou Optris qui prvilégient la précision au sacrifice de la plage négative.

Objectifs interchangeables

Même si l’on peut toujours effectuer des zooms lorsque la définition du capteur est grande (ex. 640X512), les caméras de chez WIRIS ont un atout qui les classent définitivement dans une catégorie supérieure par rapport à la concurrence. Tant et si bien, que la Wiris mini et 2nd gen peut changer d’objectif et donc de distance focale. Ajouté à sa grande définition, le Wiris offre le meilleur rapport malgré un prix élevé (9000 euros environ)

 

Quelle caméra thermique choisir ?

Pour un particulier : il n’y a pas de solution pour les particuliers qui puisse atteindre les performances d’un véritable caméra thermique, à moins que vous ne soyez prêt à investir très gros. Peut-être un Parrot Bebop Thermal pourrait vous servir pour des mesures qui ne nécessitent pas beaucoup de précision. En dessous de 1800 euros, il parait improbable de trouver quelque chose qui puisse tenir la route.

Pour un professionnel qui est spécialisé dans l’inspection thermique : A la lumière de tout les éléments de cet article, vous aurez forcément besoin de données très précises pour pouvoir conquérir de nouveaux marchés. DJI a l’avantage de la simplicité d’exécution et la XT2 offre des performances acceptables avec ce double capteur. Mais il faut reconnaître que WIRIS, quelque soit le modèle Mini ou 2nd se montrent inégalables. Optris est une très bonne alternative mais moins pratique à installer sur un drone.

optris camera thermique drone

Optris fabrique des caméras qui ont les meilleurs rapport poids/performance

Pour un professionnel qui souhaite compléter son offre de service : votre cas est plutôt spécifique, car vous ne savez pas à quel moment cette caméra vous sera utile. La meilleure solution sera certainement de louer votre matériel.

La plupart des revendeurs proposent ce service, assez cher à vrai dire, puisque les tarifs peuvent atteindre les 800 euros à la journée pour une XT2.

Néanmoins, à la vitesse où les caméras thermiques pour drone évoluent, si vous n’effectuez pas plus de 5 missions par an, vous ne pouvez qu’en sortir gagnant. Le prix d’une prestation en inspection thermique peut atteindre les 5000 euros par jour.

 

[Total : 2    Moyenne : 5/5]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here